Vous êtes ici : Accueil > Programme

Foucault et les « années 68 »

Jean-Claude Zancarini

Le 23 mai 2008 2008 à 17 heures 00 -

Salle F106

Résumé

Il pourrait paraître étrange de parler de l’effet de 1968 sur Michel Foucault. On sait qu’il n’était pas en France à cette époque, puisqu’il enseignait en Tunisie et qu’il y assista, en mars de cette année-là, à la révolte et à la répression des étudiants tunisiens. Cette étrangeté disparaît si l’on prend en compte non les « événements de mai-juin 68 » mais l’ensemble des « années 68 » qui, avant et après ce qui constitua « l’épicentre » de la période, préparèrent les événements puis les prolongèrent par des contestations, des luttes qui, marquées par l’aspiration à un autre modèle social et politique, traversèrent l’ensemble du champ social (1). Il devient dès lors possible d’inscrire Foucault comme un acteur des « années 68 », pour lequel, comme pour beaucoup d’autres, agir et combattre collectivement, devient plus important qu’étudier dans les livres, ou du moins tend à modifier l’idée de ce que peut être le travail intellectuel : ce moment d’une expérience spécifique de Foucault, c’est celui de son action militante (2) dans le Groupe information sur les prisons, le GIP et des effets de cette expérience. Notre hypothèse de lecture c’est qu’il faut rétablir la radicalité de cet événement et voir en quoi il joue un rôle important dans les travaux ultérieurs de Foucault, même quand il aura écarté le renoncement à écrire et recommencé le formidable travail de lecture et d’écriture qui caractérise son œuvre. Il s’agira ici de voir quels effets de pensée produit un événement politique : une réflexion nouvelle sur le rôle des intellectuels (« l’intellectuel spécifique »), l’idée d’une « philosophie historienne et politique » nécessaire à “ la constitution d’un savoir historique des luttes ” ; une réflexion sur le pouvoir et la guerre.

Notes

(1) Cette façon de penser qui insère les événements de mai-juin 1968 dans le cadre plus vaste des « années 68 » est centrale dans notre colloque ; elle a été défendue de façon convaincante dans une série d’ouvrages récents : Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy et Michelle Zancarini-Fournel, Les années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe, 2000 ; Kristin Ross, Mai 68 et ses vies ultérieures, Bruxelles, Complexe, 2005 [éd. américaine : 2002] ; Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68, Paris, L’Atelier, 2008 ; Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel, 68. Une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008 ; Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68. Une histoire contestée, Paris, Le Seuil, 2008.

(2) Le “ militantisme ” de Foucault a été opportunément mis en lumière par Alessandro Fontana, dans la version longue de sa “ Situation du cours “Il faut défendre la société“ ”, Lectures de Michel Foucault, vol. 1, A propos de “ Il faut défendre la société ”, J.-C. Zancarini [éd.], Lyon, ENS éditions, 2000, p. 37-58.